Le gouvernement parie sur la réactivation des chemins de fer dans le pays

Le gouvernement parie sur la réactivation des chemins de fer dans le pays

Le gouvernement national est déterminé à réactiver le Système de chemin de fer de notre pays, avec le objectif de tirer le meilleur parti de ses infrastructures pour connecter les différentes modalités de transport de marchandisesce qui permettrait d’obtenir une plus grande efficacité logistique et de générer des conditions optimales pour la mise en œuvre de l’opération.

Sur les 3 533 kilomètres d’infrastructures ferroviaires existant dans le pays, 1 734 km sont gérés par l’Institut national des routes (Invías) et l’Agence nationale des infrastructures (ANI) fait de même avec 1 610 km, tandis que les 189 km restants font partie du réseau ferroviaire privé de Cerrejón.

« Aujourd’hui, l’ANI exploite efficacement 1 024 kilomètres, garantissant ses performances commerciales et logistiques optimales : Bogotá-Belencito, La Dorada-Chiriguaná et Chiriguaná-Santa Marta.», déclare William Fernando Camargo Triana, ministre des Transports.

L’organisme qui régit les transports en Colombie souligne que La réactivation des lignes ferroviaires entraînerait, en moyenne, une réduction de 26% des coûts de transport dans le pays, tout en augmentant la compétitivité, ainsi qu’en renforçant et en optimisant la chaîne logistique des marchandises. « En Colombie, le transport d’un conteneur à l’étranger de Bogota vers les ports des Caraïbes peut coûter environ 2 450 USD ; Cependant, grâce au mode ferroviaire, ce coût tomberait à environ 1 800 USD.», explique le ministre.

Au cours des 18 derniers mois, l’Agence nationale des infrastructures (ANI) a alloué plus de 464 milliards de dollars dans cinq contrats signés qui permettent garantir le fonctionnement des corridors ferroviaires où circulent les trainstandis que la structuration à long terme des projets de Partenariat Public-Privé (PPP) est avancée.